Droit de réponse : nous accusons !

Publié par AAVEC le 9 mars 2019 dans la catégorie Compteurs Linky, Pollution électromagnétique, Transition énergétique

France 2 a diffusé le 1er mars dernier un numéro de l’émission Tout compte fait, intitulé Énergie : fini les factures. Or, avec le premier reportage consacré au compteur Linky, force a été de constater que la chaîne publique n’a fait que relayer la propagande d’ENEDIS. Aussi, afin d’exercer notre droit de réponse à l’ensemble des médias, le collectif NANTES1-anti Linky nous a soumis le texte que nous reproduisons ci-dessous.

Ce texte a déjà été signé par plus de 140 collectifs anti Linky (dont le nôtre) ; il peut être envoyé à tous vos contacts et mis en ligne partout où cela est possible.

Nous citoyennes et citoyens de ce pays, vous accusons, vous, médias grands et petits, d’entretenir une omerta sur la réalité et les vices cachés du système Linky comme de la 5G en cours de déploiement.

Qu’il n’y ait pas eu, au préalable, de débat public contradictoire quant aux tenants et aboutissants de ces projets, de leurs effets sur les populations, ne semble nullement avoir heurté votre éthique démocratique.

Que les conditions financières (« coûts/bénéfices ») qui ont amené à valider l’opération Linky aient été dévoyées du côté de Capgemini abusant d’une directive européenne dans un conflit d’intérêts des plus aveuglants, ne semble pas vous déranger.

Que la CGT Mines-Energie, dès le début, n’ait pas compris pourquoi avait été choisi ce type de capteur au coût exorbitant alors que d’autres solutions quant aux objectifs affichés étaient possibles et beaucoup moins chères, ne semble pas vous avoir troublés.

Que, à Vilnius, en juin 2016, lors de la conférence Eurelectric, les plus grands industriels européens de l’énergie aient dit que pour piloter la transition énergétique/écologique les compteurs communicants n’étaient pas nécessaires… ne semble pas vous avoir surpris.

Que Enedis ait fini par avouer que le but du projet est qu’il devienne « l’un des plus gros opérateurs du Big data avec 35 millions de capteurs à sa disposition », ne semble pas vous avoir mis la puce à l’oreille.

Que Enedis ait affirmé à plusieurs reprises que le système CPL est inoffensif, qu’il s’arrête au niveau du capteur et qu’il n’émet que quelques minutes par jour, que les citoyens n’avaient pas de droit au refus ; que cette société ait ouvertement menti et que ses sornettes, ses « fake news », aient été reprises bouche bée par vos « journalistes scientifiques », vous n’avez pas pris la peine de vous interroger.

Que Enedis et ses prestataires, jetables et payés à la tâche, utilisent des méthodes de milices et de voyous jusqu’à bousculer des vieilles dames, ne vous indigne pas.

Que Enedis, ayant du mal à nous convaincre de l’utilité du Linky, mette en avant pour placer son capteur la gestion future de la monomaniaque et écologiquement discutable voiture électrique (tiens donc !) pourtant critiquée par le PDG de PSA, il ne semble pas que vous ayez bien vu la ficelle.

Que le lent Dr Genet, auteur des rapports partiels de l’ANSES et qui rechigne à mettre en oeuvre de nouvelles études approfondies, soit un ancien médecin du CEA (= EDF/Enedis) ; que les DG de l’ANFR [1] soient des anciens de France Télécom répétant à la virgule près sur les radios la propagande d’Enedis ; que nous soyons de plus en plus installés dans la République du conflit d’intérêts permanent et des consanguinités douteuses au plus haut niveau de l’État dès qu’il s’agit de juteux marchés industriels, semble être accessoire pour vous.

Que le magazine Capital et même Que choisir, pourtant fan du Linky, montrent que le «consomm’acteur » n’en retire dans l’ensemble aucun avantage, qu’un bon tiers a rencontré des ennuis divers ; que l’honorable Cour des comptes de notre République relève des mensonges d’Enedis et démontre que tout ceci n’est fait que dans son intérêt financier afin de remplir les caisses vides d’EDF, vous ne semblez pas l’avoir lu.

L’électricité, comme le gaz et l’eau, sont un bien commun, de service public, et pas une marchandise comme les autres – que cela soit remis en cause par des milieux affairistes et privés ne paraît pas froisser votre conscience républicaine.

Que des revues très spécialisées, des informaticiens pointus, des hackers, prouvent vidéos à l’appui que les Linky peuvent être aisément piratés, ne doit pas être si dérangeant pour vous.

Que les risques de black-out s’en trouvent accrus, que nous vivions dans une démocratie fragile qui n’est aucunement à l’abri d’attaques malveillantes de la part d’États concurrents ou ennemis, semble être pour vous un problème secondaire.

Que les ressources nécessaires au mirifique projet de la Smart city et du Big data nécessitent l’extraction de métaux et terres rares extrêmement polluants sous l’emprise de la Chine, qu’il s’agisse de droits humains là-bas comme de notre souveraineté française et européenne, ne vous interpelle pas.

Que dans sa résolution 1815, en 2011, le Conseil de l’Europe ait demandé à ce que soient abaissées au plus vite les normes des mesures des champs électromagnétiques devenues obsolètes au moment où ceux-ci ne cessent de s’accumuler ; que le seul organisme scientifique reconnu de tous et réellement indépendant, le CRIIREM, ait alerté le 18. 10. 2018 les pouvoirs publics sur le fait qu’aucune étude sur l’impact sanitaire du système Linky en complet fonctionnement dans un quartier n’a jamais été faite alors qu’Enedis a déjà déployé sous la contrainte ou la menace plus du tiers de ses capteurs chez des citoyens désinformés ; que le CPL circulant en permanence dans nos habitations + l’antenne GPRS 2,5 G + le module ERL qui communique en Zigbee (Wifi simplifié), intégré dans le capteur, viennent se surajouter aux ondes du Gazpar, de l’Aquarius, des 3G, 4G, 5G, des milliers de wifi privés et publics, et que nous nous trouverons donc bombardés d’ondes, à commencer par nos enfants, ne semble pas du tout vous préoccuper.

Les électrosensibles sont de plus en plus nombreux. Des médecins et scientifiques renommés du monde entier (comme l’OMS, pourtant noyautée par les lobbies), des laboratoires internationaux reconnus, nous – et vous – alertent sur les risques cancérogènes de la multiplication des ondes, notamment pulsées, de plus en plus nocives.

Le déploiement de la 5G partout sur la Terre et dans l’espace est tout simplement un projet criminel n’ayant encore une fois fait l’objet d’aucune étude sanitaire alors que de grands savants laissent présager le pire, et nous n’entendons aucune réaction des « responsables » politiques ni de vous, les médias, dangereusement complices, infantilisés aux joujoux numériques, gogos ou collabos.

Vu ce qui s’annonce – alors qu’une civilisation mondiale est en train de basculer dans l’hubris, la démesure, la folie des nouvelles technologies et l’irrationalité induite par un manque total de pause réflexive et de discernement – cela ne nécessiterait-il pas d’ouvrir en urgence vos colonnes pour ce débat crucial engageant le sort de notre souveraineté et la survie de notre humanité ?

Vous publiez des pages dithyrambiques sur l’Intelligence Artificielle et le vert Paradis des objets connectés qui montrent la fascination sur-consumériste qu’exercent sur vous les gadgets électroniques énergivores. Et si vous accordez parfois, en contre-point pour faire honnêtes, quelques lignes aux lanceurs d’alerte et éveilleurs de conscience endormie que sont Guillaume Pitron, Éric Sadin, Laurent Eloy, Philippe Bihouix… ne serait-ce pas pour vous dédouaner ?

Mais qui sont les « complotistes » ? Ne comprenez-vous pas que vos banquiers, vos boutiquiers et financiers, MM. Drahi, Niel, Bouygues… derrière la flûte enchantée de leur 5G, nous conduisent tous, vous et nous, comme des rats et cobayes, vers une catastrophe sanitaire à l’échelle de la planète ?

Car ce que votre silence accompagne est une litanie de mensonges et de dangereux mirages pour un scandale s’ajoutant à tous ceux qui se sont entassés : amiante, pesticides, sang contaminé, Monsanto, néonicotinoïdes, dieselgate, phonegate, Mediator, Levothyrox… Mais consultez bien vos archives : vous y découvrirez déjà des omertas et des hontes rentrées dans vos placards.

N’y aurait-il dans ce pays que Médiapart, le Canard, L’Humanité, Marianne, « Cash investigation », qui aient conservé un esprit critique et une réelle indépendance face au(x) Pouvoir(s) et lobbies dictant de plus en plus leurs lois aux politiques – et qui sauvent ainsi l’honneur en train de se perdre de votre profession ?

Notre République part en morceaux, notre Europe est malade, nos politiques n’ont plus aucune vision de quoi que ce soit, notre démocratie s’abîme, nos libertés reculent, le Pouvoir est confisqué par une caste fermée, le lobbying industriel n’a jamais été aussi florissant ; le fameux « intérêt général » ou « collectif», brandi à tout bout de champ lorsqu’une forfaiture publique s’accomplit, n’est toujours que le faux-nez d’intérêts privés ; des « gauches progressistes », des « écologistes » carriéristes, se corrompent dans la cupidité décivilisationnelle du « green high tech » et du « capitalisme de la connaissance » qui n’est autre qu’une obésité électronique et radiative dévoreuse de ressources, fondée sur le « marché de la donnée » et la surveillance généralisée.

À ce jeu-là, les Chinois sont déjà nos maîtres ! Or cette décomposition ne peut avoir lieu sans l’active complicité de vous, médias, et les scandales du Linky et de la 5G (encore plus grave) en sont des marqueurs parfaits. Les politiques dans ces affaires : responsables ET coupables. Et vous, irresponsables et complices ? En tout cas, presque tous, dangereusement inconscients. Il y a des «progrès» qui n’en sont pas quand il s’agit du sort de l’humanité et du vivant. Et face à ce nouveau type de dictature, nous citoyens français, comme ici et là ailleurs dans le monde, entrons en Résistance.

Le doute et le bon sens auraient-ils totalement disparu au pays de Descartes ? Le monde n’est pas un jeu vidéo pour grands enfants. Alors informez-vous ! Ôtez les oeillères que les industriels et marchands vous ont collées ! Plaidez pour défendre le fragile principe de précaution, pour que toute nouvelle technologie soit systématiquement accompagnée d’une étude complète par des chercheurs en médecine réellements indépendants !

Allez, un minimum de déontologie ! Sortez enfin de votre omerta en retrouvant un peu de votre honneur et de votre indépendance pour le bien et la santé de tous !

[1] Commentaire de Patrice Goyaud le 10 mars 2019 (fil d’actualité du réseau national anti-Linky) :

Ces mesures gratuites [celles de l’ANFR] ne sont faites que dans le but de rassurer les usagers. Pourquoi ? Comme dans le cas de mesures d’exposition aux antennes relais, ces mesures obéissent à un protocole qui permettra dans le rapport final de les minimiser. Par exemple toutes les valeurs obtenues sont moyennées sur un intervalle de temps fixé afin qu’elle soient lissées ; ainsi les impulsions caractéristiques des champs pulsés tels que ceux du CPL n’apparaitront pas. La comparaison envers les « normes » sera toujours flatteuse pour les opérateurs, puisque leurs valeurs sont incroyablement élevées, afin de protéger avant tout les opérateurs des risques de dépassement. Dire quel le CPL est émis quelques minutes par jour est faux. Pour l’instant, les relèves de consommation sont faites la nuit ; mais en permanence, le concentrateur interroge les compteurs pour savoir si tout va bien. Dans 2 ans, lorsque de multiples signaux tarifaires seront émis, la pollution sera constante.

◊◊◊

Thèmes : , , , , , , , , ,


Il y a 4 commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *