A Vaudes, la vérité alternative d’Enedis

Publié par AAVEC le 8 juin 2018 dans la catégorie Compteurs Linky

Jeudi 8 juin 2018 à Vaudes – Comme à Jeugny le 24 avril et à Boully le 16 mai, les membres du collectif Stop Linky Troyes et Agglo se sont rendus à la réunion organisée par Enedis.

Madame Petitot, chef de l’agence d’Enedis, et son assistant continuent de développer une « vérité alternative » qui tourne le dos à tout ce qui alimente notre réflexion et nos inquiétudes (expertises, rapports, textes de loi, articles de presse, témoignages, etc.). D’ailleurs, l’arrogance de madame Petitot à notre égard nous a amenés à lui rappeler que nous n’étions pas ses élèves, mais des citoyens qui avaient appris à lire.

Il nous semble que le public était en majorité plutôt sceptique.

Nous relevons en particulier des menaces de coupure de courant adressées aux usagers qui s’opposeraient à la pose du compteur ; quant à ceux qui auraient la mauvaise idée de barricader leur compteur, ils seront responsables des dommages qu’ils auront causés : court-circuit, endommagement du compteur, panne pour tout le quartier, etc. [1]

Puis au bout de deux petites heures, nous avons eu droit à une mise au point claire et nette : en tout état de cause, Enedis ne peut s’abstenir de la pose de ce compteur, car Enedis n’est pas habilité à vérifier ce qui se passe «en aval ». Si l’installation est en bon état, tant mieux, si elle ne l’est pas, c’est de la responsabilité de l’usager (répété deux fois). Nous sommes intervenus pour préciser que dans ces conditions beaucoup d’usagers allaient devoir mettre aux normes, voire renouveler leur installation électrique – nous n’avons pas été contredits sur ce point.

Mais en cas d’incendie, quelle position adoptera notre assureur si Enedis se défausse de sa responsabilité sur notre dos ?

Nous n’avons pas eu le temps de poser la question, car la plupart des auditeurs se sont levés pour quitter la salle, comme si – nous l’espérons – ce dernier point sur la vétusté de certaines installations avait suffi à les convaincre de la nocivité du compteur Linky.

[1] Le 20 juin 2017, le Tribunal d’instance de La Rochelle a rendu un jugement selon lequel les poseurs de compteurs Linky n’ont absolument pas le droit de casser les protections installées devant le compteur ordinaire.

Par ailleurs, inquiet à l’idée de voir la justice valider le « barricadage » des compteurs actuels pour empêcher la pose des compteurs Linky, Enedis a demandé pour la 3ème fois le report du procès contre Gérard YON.

◊◊◊

Thèmes : ,